Amex GBT dévoile le baromètre européen du voyage d’affaires

A l’occasion de la 27e édition de l’EVP qui s’est tenu le 7 mars dernier au Pavillon Cambon à Paris, l’American Express Global Business Travel a dévoilé le baromètre européen du voyage d’affaires pour l’année 2018.

Cette nouvelle édition a connu la participation de plus de 350 acheteurs et partenaires venus découvrir les grandes tendances de l’année dans le domaine du voyage d’affaires. L’étude a été menée auprès de 1000 entreprises de toutes tailles issues de onze pays européens.

Un marché optimiste en 2018

L’année 2018 se présente sous de bons auspices pour le secteur du voyage d’affaires. Le résultat du baromètre note une hausse des dépenses de 3.5 % en 2017 devançant les prévisions réalisées fin 2016 (2.5 %) avec une croissance des dépenses estimées à 3.4 % pour 2018.  Selon la majorité des répondants, le contexte géopolitique, en particulier les effets du Brexit et les mesures du « travel ban » initié par Donald Trump, n’ont pas eu d’impact significatif sur les dépenses voyages.

Ce qu’il faut retenir

Pour la troisième année consécutive, la sécurité se place en tête des priorités pour les entreprises. C’est l’un des critères essentiels dans la définition de la politique du voyage. 65 % des entreprises interrogées ont mis en place une politique de duty of care, contre 64 % en 2016. Mais si 84 % des grandes entreprises ont déjà adopté ce type de solution, seulement 52 % des petites entreprises l’ont mis en œuvre contre 71 % pour les sociétés de taille moyenne.

L’amélioration de l’expérience voyageur constitue également un des critères importants. Conscientes que l’amélioration du confort permet une meilleure productivité, les entreprises accordent de plus en plus d’importance à la satisfaction des voyageurs. Mais bien que 56 % d’entre elles indiquent mesurer la satisfaction des voyageurs, seulement 32 % affirment faire évoluer leur politique en conséquence.

Businessman working on Desk office business financial accounting calculate

Autres points : les coûts et les leviers d’optimisations restent au cœur de la politique voyage des entreprises. Ces dernières sont très attentives au suivi des dépenses : +7 points pour l’hôtel, +9 points sur les frais de taxi et de parking, +9 points pour les frais de restauration. Le Mice fait également l’objet d’une surveillance accrue avec +14 points. Les conditions de voyage et l’efficacité des collaborateurs (24 %, +7 points) peuvent aussi constituer un levier de réduction de dépenses.

La place de la TMC

Si les TMC sont concurrencées  par les opérateurs online, elles affirment largement leur valeur ajoutée en assurant un meilleur contrôle des dépenses. Le baromètre note que 79 % des entreprises travaillent en moins avec une agence, un chiffre stable par rapport à l’année dernière. Cette tendance à recourir à de multiples agences est en progression de +7 points avec 36% pour les entreprises de taille moyenne, 40 % pour les grandes entreprises et 20 % pour les petites.

Selon GBT « si les agences de voyage capturent au global plus de 51 % des réservations, le modèle de la TMC, lorsqu’elle est l’agence principale, reste de loin le plus efficace pour limiter l’open booking, totalisant de manière directe ou indirecte 76 % des réservations ».

 

Découvrir le site d’Amex GBT

 

 

 

 


Plus de 60 articles Business Travel à découvrir sur Réunir Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *