Rencontre avec Nicolas Déchavanne, président du directoire de Vacances Bleues

Création de nouveaux établissements, montée en gamme, personnalisation du service clients, développement du Mice… les chantiers et les projets ne manquent pas chez Vacances Bleues. A la tête du groupe depuis septembre 2013, Nicolas Déchavanne mène une évolution en profondeur de l’entreprise.

Des séminaires chez un opérateur spécialisé sur le tourisme de loisirs, est-ce rassurant pour un organisateur d’événements ?
Cela peut être une faiblesse, mais c’est aussi une force. La faiblesse serait de considérer nos clients Mice comme des vacanciers et de ne pas apporter un service dédié à cette clientèle spécifique. Nos équipes ont mis du temps à bien gérer cette clientèle car ce n’était pas notre culture originelle. Aujourd’hui, nous avons trouvé la bonne formule et le bon équilibre. La force c’est aussi de proposer du choix en terme de sites, des infrastructures, des espaces et des équipes expérimentées pour réussir la partie « après travail » du séminaire. Notre force, ce sont aussi nos tarifs, très compétitifs, notamment dans une période où les entreprises sont très sensibles aux économies.

Votre base line dit « Il y a une vie après le travail », mais réussir un séminaire c’est d’abord réussir la partie réunion. Comment le garantir ?
Nous progressons sur ce marché en montant en gamme. C’est une méthode simple et efficace pour assurer des prestations de meilleur niveau. Cela correspond aussi à une attente de l’ensemble de nos clients. Ensuite, nos équipements et nos outils sont performants, donc nous offrons des prestations séminaire très qualitatives, sans improvisation ni bricolage. Le côté « tourisme associatif sympathique et approximatif » c’est terminé, tant sur le loisir que le Mice. Enfin, nous proposons un service personnalisé et un accueil chaleureux dédié. Prenons un exemple concret : le check in est différencié et plus rapide. Les clients « séminaires et événements » sont reconnus et appelés avant leur arrivée. On leur envoie leur numéro de chambre par SMS. Le service est totalement personnalisé du début à la fin du séminaire.

Et dans « l’après travail », quelle est votre valeur ajoutée ?
Notre expérience et notre savoir-faire dans le domaine des loisirs apportent une vraie différence. L’offre business est relativement simple à maîtriser et à mettre en œuvre. La touche loisirs est toujours plus compliquée. Il y a davantage d’humain, de déplacements et de changements. C’est notre métier de base et on le maîtrise bien. On apporte ce petit plus de « fun », cette originalité et ce dépaysement que permettent nos sites d’exception.

La relation client sur le séminaire est plus délicate et complexe que pour le loisir ?
Elle est différente, mais dans un cas comme dans l’autre, nous allons vers davantage de services et de personnalisation. Après le séminaire, on encourage nos clients à s’exprimer sur Trip Advisor. Ils deviennent nos avocats voir même nos « vendeurs ». Et on les récompense pour cela. Cette notion « d’advocacy management » est très importante pour nous. C’est un pilier de notre développement. Nous sommes suffisamment confiants dans nos prestations pour oser cette volonté de transparence. C’est également un moyen de nous améliorer constamment et de mobiliser nos équipes autour d’une politique qualité ambitieuse et exigeante. Nos clients « séminaires et événements » sont impliqués dans la définition de nos offres. On collabore avec eux, on les associe à nos réflexions et nos projets.

Quels sont vos projets ?
Nous avons ouvert trois nouveaux sites en 2015. Il y en aura deux nouveaux en 2016 et deux en 2017. Nous souhaitons rester sur un rythme de deux nouvelles ouvertures par an. Nos critères sont simples : des emplacements premium à la mer ou à la montagne. Nous avons décidé de vendre le château de Montvillargène car il était quasi exclusivement dédiée à une clientèle Mice. Nous préférons des établissements où l’on peut marier de façon plus équilibrée la clientèle loisirs et séminaires.

Classe Affaires, la marque de tourisme d’affaires de Vacances Bleues, devient Vacances Bleues Business. Pourquoi ?
Un changement de marque comporte toujours des inconvénients car on risque de perturber les clients qui connaissaient bien cette marque. Pour autant, il était plus logique de conserver de façon visible la référence à Vacances Bleues, notamment dans le cadre de notre montée en gamme et en qualité de service. Notre activité Mice n’a pas à se cacher derrière une autre marque. On assume pleinement l’appartenance au groupe et on le revendique.

LES 8 ADRESSES MICE
Château de Montvillargenne, Chantilly
Belle Plagne, La Plagne 2100
La Villa du Lac, Divonne-les-Bains
Le Château de Camiole, Fayence
Les Jardins de Deauville, Deauville
Les Jardins de l’Atlantique, Les Sables-d’Olonne
Provinces Opéra, Paris Grands Boulevards
Villa Modigliani, Paris Montparnasse

CHIFFRES CLÉS
Création en 1971
140 destinations en France et à l’étranger
25 hôtels gérés en direct dont 7 en propriété
84 M€ de chiffre d’affaires en 2015
200 000 clients
900 collaborateurs

Découvrez son profil Linkedin


Tous les articles Actualités
Plus de 60 articles Business Travel à découvrir sur Réunir Magazine
Tous les articles Produits